[Littérature] Les arpenteurs de Kim Zupan

 

Great falls au printemps

Je viens d’achever un livre qui m’a enchantée. Il s’agit du roman Les Arpenteurs de Kim Zupan, un américain originaire du Montana, paru aux éditions Gallmeister que je ne connaissais pas mais que je rechercherai.

L’histoire s’ancre dans la région de Great Falls, en plein Montana. Hors du temps, hors de la ville, hors du pays. On connaît mal la période sur laquelle s’étale l’histoire et ce n’est pas important. Cela fait la beauté de ce roman : il est la rencontre de deux grands mélancoliques qui vivent l’un et l’autre hors de l’environnement humain qui les entoure, enfermés en eux mêmes mais liés à la terre, à la nature.


Ce roman, c’est la rencontre de deux âmes inadaptées, par des raisons différentes, au monde qui les entoure. Un vieux criminel et un jeune shérif qui, contre toute attente, ont quelque chose à échanger : leurs poids.

Il n’y a aucune forme de jugement – comment juger autrement qu’en se raccrochant à la société ? – aucune morale. C’est de une pureté incroyable. Tout au long du récit, on ne cherche ni à juger ni à comprendre les personnages. On les accepte tels qu’ils sont. On les laisse être et venir. Dans notre société, c’est une prouesse énorme : ça l’est encore plus en matière de littérature.


Cela fait très longtemps que je n’avais pas lu un texte si bien écrit. Les phrases sont belles, rythmées, mélodieuses. Et au delà les mots, les émotions, l’ambiance et même l’odeur des paysages planent tout au long de la lecture. Avec simplicité, sans effet de manche, sans y réfléchir, on se laisse porter par le livre et on s’y plonge tout comme il plonge en nous et laisse quelques minutes en notre for intérieur une émotion étrange, mélange de mélancolie, de sérénité, d’ataraxie et de pleine conscience.

J’ai été triste de clore ce livre. Il m’apaisait et j’aurais eu envie de faire un petit bout de route en plus avec lui.

Je remercie vivement la libraire indépendante de mon ancien quartier de me l’avoir suggéré. Elle me l’avait présenté comme un récit touchant et bien écrit, mais j’avais cru à une histoire de voyou, ce qu’il n’est pas.

Ce roman était sensoriel : les sons, les images, les couleurs et les odeurs sont très présents. Du moins, je les ai énormément ressentis. La qualité de l’édition, la texture du papier, le format du livre, le glaçage de la couverture ne sont qu’un atout de plus.

Cela fait longtemps qu’une lecture ne m’avait pas autant séduite et je la recommande largement.

Bonne soirée et bonne lecture !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s